FAITS HISTORIQUES

Samedi 23 juillet 2011 6 23 /07 /Juil /2011 06:01

 

Quintin à travers les siècles (suite 10)


 

/files/includes/images/quintin.jpg

/files/includes/images/1207526.jpg

 

 

1934 - Quintin, cité mariale

Le fait d 'avoir retrouvé intacte dans son reliquaire fondu, la précieuse relique rapportée de Terre Sainte par Geoffroy Botrel, lors de l'incendie de la Collégiale en 1600, avait conféré au fragment de l'une des ceintures de la Vierge Marie, une vertu miraculeuse.

 

ceinture-de-la-vierge-quintin

Cependant la reconnaissance officielle de la vocation mariale de la Cité quintinaise viendra seulement en 1934 où le Saint Siège autorisera officiellement le couronnement de la Vierge sous le vocable Notre Dame de Délivrance.

 

Notre Dame Delivrance Quintin


Le statut de Basilique sera aussi attribué à l'Eglise de Quintin.

 

L'officialisation de ces deux décisions papales se déroula le 28 juillet 1934 au cours de cérémonies grandioses présidées par Monseigneur Harscouët, Evêque de Chartres (délégué du Pape).

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-couronnement-de-notre-dame-de-delivr.jpg

 

1939 – 1945

 

L'orage qui grondait à l'Est du Rhin depuis quelques années, notamment depuis 1939 va éclater au cours de l'été 1940.

 

La France pour une bonne moitié, la Bretagne et bien évidemment Quintin sont occupés.

 

Aux portes de Quintin, à Saint Brieuc

/files/includes/images/955940_7629521-cda501-b129a.jpg

 

L'armée Allemande investira notamment :

 

l'ancien couvent des Ursulines

couvent ursulines

 

le Petit séminaire dans sa totalité (les élèves sont renvoyés chez eux)

/files/includes/images/kgrhqv-lue1f2widbubnc04-d9sq-_35.jpg

 

le Château du 17ème et une partie de celui du 18ème

(un souterrain sera même construit entre ces deux immeubles)

/files/includes/images/100_3353-copie-1.jpg

 
Si une opposition à l'occupant bien réelle avait cours à Quintin , il n'y eut pas à vrai dire de combat, ni en ville ni aux abords immédiats.

 

Les résistants préfèrent tactiquement établir leurs bases et mener leurs actions offensives de guérillas à partir des bois et forêts avoisinants d'un large pays de Quintin (Lorges, Coat-Malouen, Avaugour…).

 

La résistance en Côte d'Armor

/files/includes/images/22.jpg

 


Lorges

/files/includes/images/chateau-de-lorges-22_b.jpg

 

L'urne en forêt de Lorges

/files/includes/images/riviere.jpg

/files/includes/images/02_urne.jpg

 

Maquis de Coat-Malouen

/files/includes/images/numerisation0034.jpg/files/includes/images/numerisation0037.jpg

 

Forêt d'Avaugour

/files/includes/images/avaug.jpg

/files/includes/images/foret_avaugour_.jpg


Pendant ces années d'occupation et à la faveur de l'organisation du service "le colis aux prisonniers de guerre" détenus en Allemagne, naîtra à Quintin sous l'impulsion de Madame Jean de Bagneux, épouse du futur Sénateur-Maire de la ville, ce qui deviendra plus tard le comité Croix Rouge de Quintin.

 

/files/includes/images/54372892croix-rouge-jpg.jpg
En quittant la ville en août 1944, les troupes Allemandes firent sauter leur dépôt de munitions de la Salle Verte.

 

Au cours de cette opération et de l'évacuation de la ville deux Quintinais furent tués par l'ennemi le 5 août 1944.

A Quintin comme partout en France, le retour des nombreux prisonniers de guerre en 1945, au terme de cinq années de captivité, avec les festivités qui accompagnèrent la victoire et l'Armistice du 8 mai 1945, marquèrent la fin de ce long cauchemar, deuxième épisode douloureux de ce vingtième siècle.

 

/files/includes/images/6prlnr.jpg

 

Les 30 glorieuses

 

La France n'étant pas auto suffisante, les gouvernements successifs vont engager des politiques volontaristes en matière d'économie, l'ère de ce que l'on appelle communément les " 30 glorieuses " va commencer (1950-1980).

 

/files/includes/images/images-.jpg  
Parallèlement, les commerces de gros et demi-gros déjà cités, vont prendre leur essor pendant cette période particulièrement florissante.

 

Une expérience réussie d'élevage semi-industriel porcin destiné à alimenter l'une des ebtreprises de salaisons, une usine de retraitement des déchets carnés, des ateliers de tricotage, constituèrent avec l'hôpital local les activités commerciales et artisanales, le secteur tertiaire et dans une moindre mesure l'enseignement, un vivier générateur de plein emploi.



La "fée" électricité

 

Electricity Fairy

 

termine son implantation quintinaise et surtout étend son règne dans les campagnes environnantes apportant avec elle non seulement des éléments de confort (réfrigérateur, machine à laver…) mais aussi l'information et la culture par radios et plus tard télévisions interposées.

Avec la prospérité retrouvée et aussi il faut le souligner un taux d'inflation régulier chaque année les automobiles, les camions vont faire une arrivée en force.

 

La bicyclette cède elle aussi la première place en matière de moyen de transport individuel aux vélomoteurs, solex, mobylettes, motocyclettes et autres scooters.

 

Dans le même temps le monde rural s'équipe pour les travaux des champs de tracteurs qui vont peu à peu remplacer la traction animale.

 

/files/includes/images/martray-chevaux.jpg

 

 

A DEMAIN POUR LA SUITE

 

 

Par ZAZA - Publié dans : FAITS HISTORIQUES - Communauté : Ma Bretagne
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires - Partager    
Vendredi 22 juillet 2011 5 22 /07 /Juil /2011 06:02


 

Quintin à travers les siècles (suite 9)


 

/files/includes/images/quintin.jpg

/files/includes/images/1207526.jpg

 

 

 

Début du 20ème siècle

 

C'est Monsieur Pierre Blivet, Maire, qui est en charge des affaires municipales à l'aube du 20ème siècle.

 

Trois événements majeurs de portée cependant différente marqueront le début du siècle pour les Quintinais.

Le premier vécu douloureusement par le plus grand nombre, sera le départ définitif et "mana-militari" des sœurs Ursulines, consécutif à la loi de séparation de l'église et de l'Etat en 1905.

 

Couvent des Ursulines

couvent ursulines

 

 

Le second événement, plus heureux, est la création de la voie ferrée départementale Quintin-Rostrenen, ce qui a pour effet la construction en 1907 et en ville, d'une gare, à la vallée.

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-la-vallee-la-gare-l-etang-copie-1.jpg

 

Toutefois cette voie ferrée (voie étroite) aura une durée de vie très courte puisqu'elle sera démontée en 1938.

Le troisième événement particulièrement douloureux, sera le déclenchement le 3 août 1914 de la 1ère guerre mondiale (1914-1918).

 

/files/includes/images/unbaiser.jpg

 

 

La conscription à nouveau en vigueur en France en 1873, loi modifiée en 1905 (service deux ans) et en 1913 (service trois ans), va permettre le rappel de nombreuses classes d'âges.

 

Cette guerre "saignera à blanc" la France toute entière, comme l'attestent tous les monuments aux morts, y compris dans les plus petites communes du pays.

 

/files/includes/images/picnic01.jpg /files/includes/images/pic01.jpg

 

Première guerre mondiale

 

A Quintin, M. Mathurin Rolland, Maire, successeur de M Blivet aura 139 fois la douloureuse mission d'aller annoncer officiellement aux familles, la mort au combat d'un de leurs fils.

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-le-monument-aux-morts-de-la-guerre-q.jpg /files/includes/images/31111712.gif
Il va sans dire qu'à Quintin comme ailleurs en France, l'économie est déstabilisée, l'absence de "bras" se fait cruellement sentir et les femmes vont se trouver confrontées à l'obligation de pallier à l'absence des hommes mobilisés.

Au cours de cette douloureuse période, Quintin sera en 1917 confrontée, comme en 1868, à une grave épidémie de choléra qui provoquera de nombreux décès et qui sera connue sous le nom de "grippe espagnole".

 

Virions de la grippe espagnole

/files/includes/images/4048-6178.jpg

 

 

L'entre 2 guerres

 

Au sortir de ce cataclysme humain et économique et forts du slogan des anciens combattants qui croyaient avoir fait la "der des der", le pays tout entier et aussi les Quintinais vont s'investir dans la relance économique.

/files/includes/images/illustration-37.jpg
En outre "les années 20" vont voir l'avènement des machines outils, des moteurs à explosion et de la "fée électricité".

 

/files/includes/images/electricity-fairy.jpg

Ainsi dès 1920, grâce à l'installation d'une turbine et d'un alternateur au vieux moulin, la cité quintinaise sera l'un des premiers chef-lieu de canton, à bénéficier de l'éclairage public électrique.

 

Ce moulin n'existe plus actuellement. 


Si le téléphone était présent à Quintin dès 1909, c'est à partir de 1920 (quelques abonnés) qu'il prendra son essor pour atteindre 86 abonnés en 1939.

Les années 20 appelées aussi "années folles" en les comparant aux années de deuils, de souffrances et de privations de la guerre 14-18, s'accompagnèrent à Quintin du développement des entreprises déjà citées, auxquelles il convient d'ajouter une brasserie de vins et spiritueux, une entreprise de salaison et de nombreuses entreprises artisanales (maçonnerie, mécanique, charpenterie-menuiserie…et l'abattoir). 


/files/includes/images/chicago-slaughterhouse_-k4349162-copie-1.jpg

/files/includes/images/butchers-work-landskrona_-2323567.jpg
Toutes ces créations apportent avec elles des centaines d'emplois sur Quintin et sa proche région.


Les incidences de cette période dans le domaine culturel se caractériseront par l'abandon progressif mais très significatif de la gracieuse coiffe de Quintin, notamment par les jeunes filles et les jeunes femmes.


cartes-postales-photos-Bonnet-QUINTIN-22800-5025-20070929-4


En ce qui concerne la musique et la danse, les rythmes jazz font leur apparition, et les pianos mécaniques, ancêtres des juke-box, feront peu à peu danser la jeunesse dans les cafés.

 

Piano mécanique

/files/includes/images/images.jpg

 

Le charleston et le boogie-woogie, musiques et danses, sont introduites en France par les troupes Alliées (Américaines) venues combattre à nos côtés à partir de 1917.

 

Joséphine Baker

/files/includes/images/450px-baker_charleston.jpg

 

Couple de danseurs de boogie-woogie  

A DEMAIN POUR LA SUITE


 



Par ZAZA - Publié dans : FAITS HISTORIQUES - Communauté : Ma Bretagne
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires - Partager    
Mardi 19 juillet 2011 2 19 /07 /Juil /2011 06:01

 

 

Quintin à travers les siècles (suite 6)


 

/files/includes/images/quintin.jpg /files/includes/images/img10.jpg

 


1853 -1859 - Quintin et le chemin de fer

L'avènement du chemin de fer verra à nouveau la petite ville de Quintin en concurrence avec sa grande voisine Saint Brieuc.

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-la-vallee-la-gare-l-etang-quintin-.jpg

Cette "compétition" occupa les esprits et les assemblées délibérantes de 1853 à 1859, donnant tour à tour l'avantage à Quintin et à Saint Brieuc.

Cette fois il s'agissait de déterminer si la voie ferrée Paris-Brest passerait à Quintin (trajet le plus court) ou ferait un crochet par Lamballe et Saint Brieuc.

 

Ce fut l'Empereur Napoléon III lui-même qui trancha en faveur de la seconde possibilité, à cause de la présence du port du Légué.

 

Vue sur le port du Légué

/files/includes/images/le-legue-medium.jpg /files/includes/images/cartes-postales-photos-entree-du-port-du-legue-st-copie-1.jpg

 


Le débouché sur la mer fit que Saint Brieuc l'emporta une nouvelle fois (le 17 mai 1859).

 

/files/includes/images/trace_sncf.jpg

 


 

/files/includes/images/800px-carte-cdn2.jpg

/files/includes/images/cdn-gare_centrale.jpg /files/includes/images/gare-centrale-saint-brieuc.jpg /files/includes/images/22_st_brieuc_centrale.jpg

 

Gare tgv actuelle

/files/includes/images/800px-gare_de_saint-brieuc_01.jpg

 

Quintin fut par la suite desservie en 1871 par la voie ferrée (ligne Saint Brieuc-Pontivy toujours en service).

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-la-passerelle-du-chemin-de-fer-quint.jpg /files/includes/images/cartes-postales-photos-le-chemin-de-fer-departemental-passa.jpg

/files/includes/images/cartes-postales-photos-la-chaussee-l-etang-le-calvaire-qu.jpg /files/includes/images/entree-ville-sncf.jpg

 

 

A DEMAIN POUR LA SUITE

 

Par ZAZA - Publié dans : FAITS HISTORIQUES - Communauté : Ma Bretagne
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires - Partager    
Lundi 18 juillet 2011 1 18 /07 /Juil /2011 06:01

 

 

 

Quintin à travers les siècles (suite 5)


 

/files/includes/images/quintin.jpg /files/includes/images/15692307.jpg

 


Le commerce au 19ème siècle

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-bonnet-quintin-22800-5025-20070929-4.jpg

 

Déjà fortement mis à mal par le blocus continental, le commerce et par voie de conséquence, le tissage des toiles, vont voir leur déclin commencer avec la chute du 1er Empire.

 

Les négociants n'ont pas su ou pas voulu faire le saut de la mécanisation et donc de l'industrialisation.

 

D'autre part avec l'avènement du coton, l'Amérique n'a plus besoin de toiles de lin.


En revanche, Quintin saura conserver ses activités commerciales.

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-place-1830-un-jour-de-marche-quintin.jpg

Ce commerce très diversifié (que l'on appelle aujourd'hui commerce de proximité) se déroulait au cœur de la ville et dans les faubourgs.

 

Cette activité commerciale s'articulait autour du marché hebdomadaire du mardi et de trois grandes foires annuelles la Saint Thurian, le 13 juillet, la Saint-Ladre le 22 septembre et la Saint Martin le 11 novembre au cours desquelles s'échangeaient notamment les grands animaux (vaches, bœufs, chevaux…).

 

Rue Saint Thurian - Hôtel particulier

/files/includes/images/hotel-particulier-de-la-rue-saint-thurian-quintin.jpg

 

La Saint martin devant le château

/files/includes/images/cartes-postales-photos-le-champ-de-foire-quintin-22800-5008.jpg

 

Ces foires venaient compléter de façon significative l'offre commerciale Quintinaise.

Dans cette période très commerçante, l'année 1830 verra, pour cause de vétusté et d'insalubrité, la destruction au cœur de la ville de l'ancienne halle ou cohue.

 

En souvenir, les Quintinais donneront à son emplacement le nom de Place 1830.

 

/files/includes/images/cartes-postales-photos-place-1830-quintin-22800-8672-200802.jpg /files/includes/images/cartes-postales-photos-la-place-1830-quintin-22800-9901-200.jpg

 

L'année 1838 verra s'ériger le calvaire des "grands jardins du château" en granit de Kersanton, il témoigne de l'art statuaire du milieu de ce siècle.

 

52779014



L'activité du tannage des peaux, qui comme le tissage, existait à Quintin depuis l'ancien régime, se poursuivra jusqu'au début du 20ème siècle.

 

Rue des Douches - Séchoir de la tannerie

/files/includes/images/tannerie-sechoir.jpg/files/includes/images/sechoir-de-la-tannerie.jpg


Vers la fin du 19ème siècle vont se créer et se développer à Quintin des établissements de vente en gros et demi-gros dans les domaines de l'épicerie, de la graineterie.

 

Le maché au blé en 1906

/files/includes/images/le_marche_au_ble_1906.jpg

 

Pour accompagner les activités commerciales, c'est en quelque sorte naturellement à Quintin que se créera en 1827 une Banque.

 

Fondée par Jean-Jacques Mazurié, elle s'appellera par la suite la Banque de Villeneuve en 1913.

 

En 1943 elle intègrera la Banque de Bretagne qu'elle avait contribué à fonder en 1909.

 

A DEMAIN POUR LA SUITE

 

 

Par ZAZA - Publié dans : FAITS HISTORIQUES - Communauté : Ma Bretagne
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires - Partager    
Lundi 25 avril 2011 1 25 /04 /Avr /2011 06:02

 

br90 1734843 1 px 470 -copie-1

Si ce récit authentique du départ de la « MOUETTE » vous a intéressé, vous pouvez trouver dans le commerce la suite de cette histoire vécue par Henri AUGUSTIN.

ROYAN sera son dernier combat  pour la liberté de la France.

La capitulation de l’Allemagne intervint le 8 mai 1945. Son livre s’intitule « DE RENNES A L’EQUATEUR », est paru en 1949 aux imprimeries Simon de Rennes.

 

824659237 L

Il est toujours possible de le commander dans la Bibliographie sur la France Libre

Fondation de la France Libre

 

/files/includes/images/bandeau.jpg


59 rue Vergniaud
75013 Paris
France

/files/includes/images/fondation-vergniaud.jpg

 

http://www.france-libre.net/contact/Fondation-de-la-France-Libre.php


Pour ceux que cela intéresse…


Qui était Henri Augustin ?…

 

/files/includes/images/arton375-2d80f.jpg

 

Naissance : 24 juillet 1921 - Compiegne 60

Engagement dans la France Libre : Londres en juillet 1940

Venait de : Métropole

Origine sociale : étudiant / scolaire

Grade atteint pendant la guerre : lieutenant

Affectation : terre 1re DFL / BM9

 

   

 

   

 

   

27 février 1946

Ce qu'a su fa
ire, pour la France, la 1re Division Française Libre,

ce qu'elle a su faire par le coeur, le corps, les armes, de ceux qui "en" étaient,

ce qu'elle a su faire avec ses chefs, Koenig, Brosset, Garbay, ses officiers et ses soldats,

c'est un des plus beaux moments de notre grande Histoire,

c'est un rocher que les vagues du temps ne pourront détruire jamais,

c'est, pour toujours, un défi lancé à ceux qui doutaient de la France.

C. de Gaulle

 

Ensuite :


Diplôme de l’Ecole Polytechnique, il intégrera le corps des ingénieurs de la Météorologie.

 

Engagé très tôt dans les activités religieuses et paroissiales, il sera président de notre association de 1992 à 1998.

Henri AUGUSTIN 24 juillet 1921 – 25 juin 2010, président 1992-1998


Né en 1921, Henri AUGUSTIN était le second d’une fratrie de douze enfants.

 

Il aura à son tour six enfants, nés de son union avec Colette, elle-même Fille de Saint-François de Sales.

 

A peine admissible au concours de l’Ecole Polytechnique (promotion 1940), il prendra une part active à la seconde guerre mondiale en s’embarquant depuis l’Ile de Batz, dès le mois de juin 1940, pour rejoindre l’Angleterre.

 

Il racontera cette expérience précoce de la vie avec le regard d’un si jeune homme dans son livre « De Rennes à l’Equateur ».

 

Son dévouement à la Patrie sera récompensé par la Croix de Guerre 39-45 et par la Légion d’Honneur.

 

A son retour, il reprendra ses études à l’Ecole Polytechnique, puis intègrera le corps des ingénieurs de la Météorologie, et les sciences météorologiques le passionneront tout au long de sa carrière.

 

D’une grande curiosité intellectuelle toujours inassouvie, il entraînera un grand nombre de collaborateurs dans ses missions en métropole ou en service outremer.

 

Engagé très tôt dans les activités religieuses et paroissiales, il aura été membre d’une équipe Notre-Dame pendant plus de 25 ans, tout d’abord à Tahiti, puis à Versailles où il s’installera définitivement en 1970.

 

Une fois retraité à la limite d’âge de 66 ans, il assurera pendant plus de dix ans le service de l’accompagnement des familles en deuil au sein de sa paroisse de Saint-Symphorien.

 

Il visitait aussi les malades et les personnes âgées.


Il aura eu profondément à cœur de faire vivre l’antenne française de la Société des Fils de Saint-François de Sales, dont il acceptera de présider le groupe de Paris-Versailles.

 

De fait, il assurera la charge de nombreuses activités, de l’organisation des réunions à la rédaction du bulletin, ou à la contribution au site Internet, voire par ses correspondances avec des Fils appartenant à des groupes étrangers, se dépensant aussi sans compter pour chacune des retraites annuelles qu’il organisera.

 

Il aura eu en particulier le bonheur de renouer les liens avec deux fils, résidant aux Etats-Unis, qui avaient été totalement perdus de vue.

 

Artisan de paix dans l’âme et très attentif aux autres, d’une très grande discrétion instinctive, d’une humeur toujours bienveillante et d’une activité très régulière grâce aux progrès de l’informatique et d’Internet, il n’a eu de cesse de maintenir une présence active au sein du groupe tant que ses forces le lui ont permis.

 

Il nous a quittés le 25 juin 2010 .

Par ZAZA - Publié dans : FAITS HISTORIQUES - Communauté : Histoire et Origines
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires - Partager    

Présentation

  • : LE BLOG DE ZAZA
  • LE BLOG DE ZAZA
  • : Culture Culture
  • : A vous qui passez me rendre visite, un grand merci. Vous trouverez ici : humour de bon matin, sagas historiques, des nouvelles de mon fief, de très belles photographies de paysages et d’animaux, de la musique (une petite préférence pour la musique celte), des articles culturels, et de temps en temps quelques coups de gueules...!
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Août 2011
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
<< < > >>

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recommander

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés